mercredi 11 mars 2015

Transmissions militaires : U.S.A. Le réseau HFGCS

Le réseau américain HFGCS, acronyme pour Hight Frequency Global Communications System, qui dans la langue de Molière se traduirait par « système mondial de communication en haute fréquence », assure, au travers d’une douzaine de stations HF  au sol,  l’acheminement des messages entre les autorités officielles et les aéronefs ainsi que les navires des forces armées américaines.  Ce réseau est également ouvert aux pays alliés des Etats-Unis sous certaines conditions fixées par des accords bilatéraux.

Il a été mis en place le 1er juin 1992 sous la dénomination de GHFS (Global Hight Frequency System) en substitution des réseaux  « Giant Talk » utilisé par le Startegic Air Command et le GCCS (Global Command and Control System) utilisé par les autres services de l’USAF (United States Air Force). Cette réorganisation avait été engagée avec la fin de la guerre froide.

En 2003, avec l’achèvement du programme  Scope Command, programme pluriannuel mis en place pour assurer le développement technologique des équipements, il devient le HFGCS, réseau dont le commandement est assuré par la base aérienne d’Andrews, dans le Maryland.

Cette évolution permet une organisation identique des stations fixes qui comportent désormais un site de réception, un site de transmission et un système de commande, comme indiqué ci-après. De ce fait, les stations bénéficient d’une configuration flexible permettant une exploitation à distance ou locale, ou encore avec une combinaison des deux.



Le réseau HFGCS n’est pas dédié à un service ou un commandement particulier, mais il est réservé à des utilisateurs préalablement autorisés par le ministère américain de la Défense.


Ses principales missions consistent à permettre :

- l’interconnexion avec le réseau téléphonique,
- la connexion automatique avec les réseaux de transmission de données (ALE),
- le commandement et le contrôle  des missions en cours,
- le bon déroulement d’opération de secours ou d’assistance,
- les communications entre les utilisations,
- l’aide à  la circulation aérienne,
- la transmission de courriels via des réseaux spécifiques (NIPRNet [1]  et SIPRNeT [2])

En 2013, la plupart des stations fixes ont cessé de s’identifier sur l’air, ne laissant plus apparaître leur lieu d’émission. Elles utilisent un seul indicatif commun, à savoir « Mainsail ». Il en est de même pour les stations mobiles qui appellent « Mainsail » quelle que soit leurs positions géographiques.

Les stations du réseau HFGCS utilisent des fréquences principales leurs permettant d’assurer une couverture mondiale. Le tableau ci-après indique les fréquences utilisées lors du contact initial, de l’envoie de messages EAM (Emergency Action Message – messages opérationnels urgent [3]), de brèves communications téléphoniques ou de l’acheminement de messages de routine. Les stations utilisent également des fréquences « discrètes » pour transmettre certaines instructions particulières ou spéciales ou encore des communications téléphoniques de longue durée.

Tableau des fréquences principales du réseau

Utilisation
Horaire
Fréquence KhZ
Fréquence KhZ
HFGCS principale
24/24
8992
11175
HFGCS secondaire
Jour
13200
15016
HFGCS secondaire
Nuit
4724
6739

Implantation des stations fixes du réseau.
  


Liste des stations.

Station
Localisation
ALE
Andersen Air Base
Guam
GUA
Adrews Air Force Base
MD – USA
ADW
Ascension Air Force
Atlantique sud
HAW
Croughton Air Base
Royaume  Uni
CRO
Diego Garcia Naval Station
Océan Indien
JDG
Elmendorf Air Force Base
AK- USA
AED
Hickham Air Force Base
HI- USA
HIK
Keflavik  Naval Station
Iselande
IKF
Lajes Air Base
Açores
PLA
Mc Clellan Air Force
CA- USA
MCC
Offutt Air Force Base
NE- USA
OFF
Salinas
PR- USA
JNR
Sigonella Naval Station
Italie
ICZ
YOKOTA Air Base
Japon
JTY


La plus grande partie du trafic écoulé sur ce réseau sont des messages EAM dont les caractéristiques sont reprises ci-après.

EAMs et Mainsail.

Les messages EAM sont des messages opérationnels de l’armée américaine de haute priorité et de caractère  sensible. Les messages des forces stratégiques utilisent cette procédure, y compris en cas d’attaque nucléaire. Compte tenu de leur importance, ils sont obligatoirement codés afin de préserver le secret des instructions qu’ils comportent.

La transmission du message commence par l’envoi en phonie (USB) des sic premiers caractères du texte, répété trois fois. Le message type comporte 30 caractères, mais il peut être plus bref ou plus long. Il a été relevé un message avec 248 caractères.  Outre ces caractères, prononcés en utilisant l’alphabet OTAN ( Alpha, Bravo, Charlie…..) les messages peuvent comporter les chiffres  2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7. Les chiffres  0 / 1 / 8 / 9 sont beaucoup moins utilisés.

Voici un exemple de message transmis :

G5RTZN G5RTZN G5RTZN stand by, message follows
G5RTZNMERFOBIV4EDDS3V6MZTHWMTX I say again G5RTZNMERFOBIV4EDDS3V6MZTHWMEX this is mainsail out

Vous remarquerez que les six premières lettres du message sont transmises trios fois avant l’envoie de celui-ci. Le message est répété une fois systématiquement.  Il se termine par « Mainsail out » , Mainsail étant l’indicatif commun aux stations fixes. Voir la vidéo en bas de page pour écouter un message de ce type.

Parfois des indicatifs tactiques sont utilisés et dans ce cas le message ne comporte pas « Mainsail » à la fin. La transmission est précédée,  par l’indicatif lu comme suit : « For Waiter » ou un autre exemple « for Trinity ». A noter que ces indicatifs techniques changent en principe toutes les six heures, bien que là encore il y ait des exceptions.

Skyking

Une autre catégorie de messages est transmise sur le réseau HFGCS. Il s’agit des messages Skyking destinés aux moyens logistiques et aux éléments engagés par le commandement stratégique américain. Skyking est l’indicatif commun utilisé par les équipages des avions et missiles engagés dans le cadre du SIOP (Single Integrated Operational Plan). A noter que tous les forces engagées reçoivent tous les messages.

Voici un exemple de message :

Skyking Skyking  do not answer… India Mike Alfa, time: zero five, authentication Papa Romeo
I say again… Skyking Skyking  do not answer… India Mike Alfa, time: zero five, authentication Papa Romeo

Le destinataire ne doit pas répondre (do not answer) afin de ne pas permettre une detection de sa position.

Parfois, vous pourrez entendre un écho plus ou moins important sur la transmission des messages. Celui-ci est du à des phénomènes de propagation et au fait que plusieurs stations peuvent transmettre en même temps. L’effet du retard dans les ligne de transmission et des liaisons satellites peut également jouer.

Bonne écoute.

Richard
F4CZV

73






ooOOoo

[1] NIPRNet (Non-Secure Internet Protocol Router Network) est un réseau informatique servant pour les échanges d'informations non classifiées mais sensibles entre ses usagers autorisés tout en leur donnant accès à Internet. Il comprend un ensemble de routeurs IP détenus par le Département de la Défense des États-Unis (DoD). NIPRNet a été créé par le Defense Information Systems Agency (DISA) dans le but de se substituer à MILNET.

[2] SIPRNet (Secret Internet Protocol Router Network) est un système reliant plusieurs réseaux informatiques utilisés par le Département de la Défense des États-Unis (DoD) et le Département d'État des États-Unis et servant à transmettre des données confidentielles jusqu'au niveau Secret (c'est-à-dire des informations qui, si elles étaient dévoilées, pourraient causer de sérieux dommages à la sécurité nationale). Toutes les communications circulant au niveau des protocoles TCP/IP sont dans un environnement dit « complètement sécurisé ». SIPRNet offre d'autres services, tels que les documents au format hypertexte et le courrier électronique.

[3] message prioritaire  transmis par les autorités militaires contenant des instructions nécessaires au déroulement et au suivi  d’une d’opération. Les données sont « sensibles ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.