lundi 22 décembre 2014

L'histoire des marques : HEATHKIT (Première partie)

Raconter Heathkit en quelques lignes n'est pas une chose facile car son histoire est riche et s'étale sur pratiquement un siècle. La documentation, essentiellement en langue anglaise, est très fournie et la gamme des produits fabriqués est vaste. J'ai donc choisi de vous résumer dans une première partie l'histoire de la marque, de 1912 à ces dernières années , puis vous présenter la gamme des produits en me limitant cependant à ceux liés à notre activité radioamateur, en plusieurs étapes.

Logo Heathkit 1949

Edward Bayard Heath
A son origine, Heathkit était une société de construction aéronautique. C'est Edward Bayard Heath, né le 17/11/1888 à Brooklyn, New York, qui en 1912 acquit la Bates Aeroplane Co de Chicago, Illinois et rebaptisa cette dernière en 1913 sous l'appellation de E.B. Heath Aerial Vehicle Co, Ce passionné d'aviation développa son affaire avec l'arrivée de la première guerre mondiale. La paix revenue, il conçut plusieurs modèles dont le plus connu fut le Heath Parasol commercialisé à partir de 1926. Ce monoplace, propulsé par un moteur de moto Henderson, connu un grand succès  en raison de son faible coût car l'acquéreur l'achetait en pièces détachées, charge à lui de le construire. En 1931, le 1er novembre, Edward Bayard Heath trouva la mort au cours d'un vol d'essai. L'affaire qui était devenue la Heath Airplane Company fut rachetée par un dénommé Walter Clinnin qui l'installa dans le Michigan. Elle devint en 1933 la  International Aircraft Corporation. La réussite ne fut pas au rendez-vous. L'affaire déposa son bilan en 1934. En 1935 Howard Anthony racheta ce qu'il restait de cette affaire, s'installa à Benton Harbor, Michigan sous la dénomination commerciale de  Heath Aircraft Company. Avec son épouse Helen, il poursuivit une activité dans le secteur de la construction aéronautique jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Ils commencèrent alors à produire des équipements radio pour l'aviation.

Howard Anthony
Howard Anthony racheta alors un stock important de matériel électronique provenant des surplus de l'armée américaine dont un grand nombre de tubes cathodiques 5BP1 CRT. Il conçut alors un oscilloscope de bonne qualité qu'il commercialisa en kit à moitié prix de ceux de même catégorie existants sur le marché. En 1947, l'oscilloscope O-1 fut un tel succès que Heath Aircraft Company cessa son activité aéronautique pour se consacrer uniquement à l'électronique. Il étoffa sa gamme d'instrument de mesure avec des équipements radioamateurs, hi-fi et domestiques. Dès le début, Howard Anthony comprit que le manuel d'assemblage revêtait une importance capitale pour l'acheteur d'un kit. Celui-ci devait guider pas à pas l’acquéreur dans la construction, donner des instructions claires, précises et aisées à comprendre par les débutants comme par les techniciens chevronnés. Ce fut là une des clés du succès de Heathkit.

En 1954, Howard Antony trouvera la mort dans un accident d'avion. La firme fut alors achetée par Daystrom Inc et au cours des sept années qui suivirent Heathkit connu un fort développement. Une nouvelle usine fut construite sur Hilltop Road, à St. Joseph, la ville voisine de Benton Harbor en 1958. La marque partit à la conquête du marché mondial. Elle s'implanta dans plusieurs pays en créant un réseau de distribution. Pour conquérir le marché européen, elle construisit une usine à Gloucester en Grande-Bretagne. Certains modèles de la gamme des produits furent adaptés aux spécifications du marché anglais. Ils étaient reconnaissables grâce à la lettre U dans leur référencement (U comme United Kingdom). Dans le même registre, ceux qui comportaient la lettre E dans leurs références, étaient fabriqués aux USA et destinés à l' exportation.

En 1962, Schlumberger Ltd acheta  Daystrom Inc et les dix années qui suivirent furent les plus belles de la marque Heathkit. Des millions de kits furent produits à travers le monde, toujours plus sophistiqués,  utilisant toutes les nouvelles technologies.Le site de production de St. Joseph s'agrandit par étapes successives, la dernière en date remontant à 1980.

Le site de St.Joseph, Michigan. en 1975

En 1974, Heathkit démarra une nouvelle gamme de produit pour l'enseignement et développa une technique de formation et d'apprentissage. Elle fournit également les laboratoires universitaire avec un ensemble complet d'équipements sous la référence EU-101A. Avec l'arrivée de l'informatique, la firme mis sur le marché un micro ordinateur le H8/H89 un succès dès son départ. Cette réussite attira les convoitise et en 1979, la firme fut acquise par Zenith Radio Company. Le nouvel acquéreur s'orienta alors vers le secteur informatique et délaissa peu à peu les autres productions.Avec cela et, l'arrivée massive de produits similaires fabriqués en Asie et commercialisés à des prix plus compétitifs se fut le commencement du déclin de la marque. Pour se maintenir, l'entreprise se positionna vers un nouveau secteur, celui de l'éclairage et de système de sécurité.

En 1982, Heathkit lança sa dernière gamme d'équipement radioamateur avec le SS-9000. Conçu sous forme de kit au départ, il fut rapidement commercialisé assemblé en raison de sa complexité, même pour un technicien chevronné. Un autre modèle fut mis sur le marché le HW-5400. En 1985 la branche radioamateur cessa d'exister. En 1989 Zenith Data Systems entra dans le giron du groupe français 1992 marqua définitivement la fin de la commercialisation des kits. En 1995 HIG Capital management prit le contrôle de la firme. La faillite arriva en 2002. En 2007 Duchossois Group Inc achète la marque et tente de relancer l'activité. En 2011 Heathkit annonce son retour sur le marché du kit avec le GPA-100 un assistant électronique pour le stationnement et un robot pour piscine sans câble. Il est évoqué des kits radioamateurs dont un équipement QRP. Jusqu'à ce jour c'est silence radio. L'histoire continuera-t-elle ? Rien n'est moins sûr.




Heathkit conçut  et commercialisa une multitude de kits électroniques couvrant tout les domaines.: appareils de mesures, émetteurs, récepteurs, transceivers, hi-fi, télévision, instruments de musique, ordinateurs,jeux. Je ne sais pas si quelqu'un connait le nombre de kits vendus sous cette marque au cours de son existence, mais il doit tourner autour de plusieurs dizaine de millions d'unité.

Dans le domaine purement radioamateur, j'exclus ici les équipements de mesure et de laboratoire, j'ai recensé 1385 références....dont 81 correspondant aux émetteurs-récepteurs ! Cette volumétrie ne permet pas de traiter le sujet en un seul article, sauf à le survoler. Telle n'est pas mon attention et je consacrerai trois publications pour vous présenter la gamme Heathkit dédiée aux radioamateurs. 

Première partie : 1951 - 1960


Le premier kit radioamateur lancé sur le marche fut l'AT-1  en 1951. Il s'agissait d'un émetteur CW délivrant une puissance de l'ordre de 25/30 watts avec au final une 6L6. Il couvrait 6 bandes, à savoir celles des 80,40,20,15,11 et 10 mètres. La fréquence d'émission était déterminée par l'utilisation de quartz ou d'un VFO externe, produit à partir de 1952 sous la référence VF-1. Le prix du kit était de 29,50 US $ de l'époque soit l'équivalent de 275 US $ aujourd'hui (222 €). Il sera au catalogue jusqu'en 1956.


Le DX-100 suivit en 1955. C'était également un émetteur mais plus complet dans la mesure ou il travaillait en CW et en phonie avec une puissance de comprise entre 100/125 watts et 120/140 watts respectivement avec au final deux tubes 6146 en parallèle.  Il couvrait les bandes des 160/80/40/20/15/11/10 mètres. La documentation accompagnant le kit était fort bien faites. Elle comportait 72 pages et après une présentation de l'émetteur et explications de son synoptique  elle guidait l'acquéreur pas à pas dans sa construction. Des schémas éclatés apportaient les précisions nécessaires à une compréhension aisée si cela était nécessaire. Le DX-100 a été produit jusqu'en 1957 et a été remplacé de 1958 à 1960 par le DX-100B.

Le DX-35 a été lancé sur le marché en 1957 en remplacement de l' AT-1. Il était piloté par quartz et couvrait les bandes des 80 m à 10 m. Avec sa 6146 au final il délivrait une puissance de 65 watts en CW et 50 watts en phonie. Une prise située sur le panneau arrière permettait de lui adjoindre un VFO,
le VF-1, celui de la version précédente (AT-1). Un émetteur de faible puissance idéale tant pour le novice ou l'amateur plus expérimenté, disposant d'une puissance remarquable en regard du prix de l'époque : 56,95 US$ (équivalant à 480 US$ d'aujourd'hui soit 392 €). Sa commercialisation ne durera qu'une année.

Emetteur Heathkit DX-20
La même année le DX-20 apparut également. C'était un émetteur fonctionnant uniquement en CW sur les bandes de 80 m à 10 m. Au final, une 6DQ6A lui permettait de sortir 50 watts. Piloté par quartz, il pouvait être exité par un VFO externe. Enfermé dans un boitier en acier pour limiter les perturbations dans les télévision, sa face avant avait été conçu pour offrir un maximum de commodité dans son utilisation. Les deux gros boutons à de chaque côté du panneau permettaient d'accorder l'oscillateur et l'amplificateur final. Le commutateur de bandes était situé en-dessous du galvanomètre, ce dernier indiquant le courant de grille/plaque. Dans le bas de la face avant, de chaque coté, un interrupteur marche/arrêt et marche/veille et au centre le commutateur de changement d'impédance pour l'antenne. L'antenne se connectait sur la face arrière de l'émetteur. Le DX-20 était très facile à construire, point important pour les débutants. Il a été produit jusqu'en 1960 et remplacé en 1961 par le modèle HX-11.

Emetteur Heathkit DX-100B
A cette époque la BLU commence à se développer. Heathkit saisit l'occasion pour répondre aux besoins exprimés par les radioamateurs. En 1958, le DX-100B est mis sur le marché. Sur la base du DX-100, il est adapté pour travailler  BLU et en CW. Couvrant les bandes amateurs de 160 à 10 mètres, piloté par quartz ou par le VFO interne, il délivrait une puissance de 100  watts en phonie et 120 watts en graphie  avec ses deux 6146 au final. Le commutateur situé à gauche sous le galvanomètre sélectionnait les divers contrôles du courant (driver, plaque...) La fenêtre centrale indiquait la fréquence de travail dont le réglage s'effectuait à l'aide du bouton situé juste dessous. Le commutateur de bande était au centre de la base de la face avant.  Les prises situées sur les extrémités permettait de connecter le microphone (gauche) et le manipulateur (droite). A sa gauche immédiate, se trouvait le commutateur BLU/CW. Les boutons ont légèrement modifiés dans la mesure où l'on remarque un triangle blanc marquant leur position.  Le DX-100 a été commercialisé jusqu'en 1960.

Apparaît également cette année là dans la gamme Heathkit l'émetteur DX-40. Émetteur de conception nouvelle apportant des améliorations tant au niveau de la modulation que de la stabilité grâce des circuits plus performants. Sa puissance limitée à 75 watts en CW et 60 watts en phonie en faisait un produit d'appel pour les radioamateurs américain de la classe "novice". Il couvrait les bandes amateurs du 80 mètres au 10 mètres, sans oublier la bande des 11 mètres.Il disposait de trois fréquences pilotées par quarts avec une possibilité de connecter un VFO extérieur. Les quartz étaient accessible par une trappe située sur la face arrière de l'appareil.  Le DX-40 avait été extrêmement bien conçu sur le plan mécanique et les composants utilisés étaient de très bonne qualité.
Emetteur Heathkit DX-40

Sur la face avant, les deux gros boutons servaient au réglage de la puissance délivrée pour l'un et à l'accord d'antenne pour l'autre. Entre les deux  un interrupteur offrant le choix de lire le courant de  grille/plaque sur le galvanomètre situé au-dessus. Dans la partie inférieure, le commutateur de gauche permet de choisir le mode d'émission, d'effectuer l'accord ou de mettre l'émetteur en veille. Celui de droite permet de se positionner sur la bande souhaitée. Cet émetteur en kit était vendu en 1958 au prix de 64.95 US $, correspondant à 533 US $ d'aujourd'hui (436 €). Il sera commercialisé jusqu'en 1960.

En cette fin des années 1950, Heathkit prit pour habitude de baptiser les équipements radioamateurs avec des noms de tribus indiennes. C'est ainsi que le nom " Apache" fut adjoint à la référence TX-1. Cet émetteur, qui sera commercialisé de 1958 à 1954, couvrait les bandes amateurs du 80 mètres au 10 mètres. Il délivrait 150 watts en phonie (AM) et 180 watts en CW avec au final deux 6146.. Avec en option l'adaptateur  SB-10, il pouvait trafiquer en BLU avec une puissance de 180 watts.  Il remplaça dans la gamme le DX-100B même si ce dernier figura au catalogue jusqu'en 1960. Le design de cet émetteur changeait de celui de ses prédécesseurs avec le vert et le gris qui allaient devenir les couleurs traditionnelles de la marque. La partie supérieure de la façade accueillait, dans sa partie gauche un galvanomètre affichant les différents courants (modulation, plaque, driver, final) avec à sa droite, et sur tout le restant de la largeur, un cadran rectangulaire
type "règle à calcul" indiquant la fréquence d'émission. En dessous le commutateur de sélection des courants, le réglage de l'étage final, du driver et un bouton poussoir "spotting"destiné à faciliter le mise a point de l'émetteur (battement nul).Dans le bas de la façade, de gauche à droite se trouvaient la prise micro, le réglage de la modulation, le commutateur de mode, le commutateur quartz/VFO, le réglage de la puissance d'émission, le commutateur assurant la sélection des bandes et la prise manipulateur. Le gros bouton central était quant à lui servait à se positionner sur la fréquence d'émission.  Le kit TX-1 Apache était commercialisé au prix de 229,95 US $ en 1958 (soit 1.887 US $ ou 1.543 € d'aujourd'hui).

Heathkit : SB-10, TX-1 et RX-1  (source KE5AKG)


Heathkit RX-1 et TX-1
Conjointement à la sortie du TX-1 Heathkit lança le RX-1 "Mohawk " le premier récepteur de la marque dédié aux radioamateurs. Son apparence était identique à celle de l'émetteur TX-1 et l'ensemble, avec le SB-10, constituait un station de belle facture. Ce récepteur couvrait les bandes amateurs du 160 mètres au 10 mètres, y compris la CB, et avec deux "converters" distincts le 6 mètres et le 2 mètres ( avec les kits XC-6 et XC-2). La fenêtre de l'afficheur des fréquence ne laissait voir qu'une bande à la fois,celles-ci étant gravées sur un tambour rotatif actionné par le commutateur de bande. Les bandes des 6 mètres et 2 mètres y figuraient également. Le RX-1 avec ses 15 tubes, sa double conversion, sa sélectivité variable de 5 kc à 0,5 kc, son notch, son oscillateur à quartz, son S-mètre et beaucoup d'autres fonctionnalités n'avait pas à rougir d'une comparaison avec les récepteurs haut de gamme de l'époque.

En 1960, Heathkit sortit trois nouveaux modèles, les HW-19 "Tener", HW-29 "Sixer"et HW-30 "Tower" destinés au trafic en phonie sur les bandes 10 mètres, 6 mètres et 2 mètres. Ce sont, peut-être, les premiers kit QRP radioamateurs. Le principe était identique pour les trois bandes; un récepteur superhétérodyne couvrant toute la bande et un émetteur piloté par quartz, délivrant une puissance maximum de 5 watts. Destinés aux liaisons locales ou d'urgence, ces kits furent vendus à des milliers d'exemplaires au USA.Disposant d'une alimentation intégrée pour un usage en fixe, il pouvaient être rapidement mis en oeuvre en station fixe. Le HW-29 (6m) ne fut commercialisé qu'en 1960. Le HW-19 (10m) le fut jusqu'en 1962 et le HW-30 (2m) jusqu'en 1971.

 Heathkit : les   "Tower" , Sixter"  et"Tener" réunis pour une photo de famille. (Source OHIO university)
Heathkit a fortement contribué au développent du radio-amateurisme aux USA et dans le monde en raison de la qualité de ses produits, faciles à monter, et grâce à des prix attractifs. Parmi les équipements évoqués dans cette première partie, certains sont encore en service chez les radioamateurs. Voilà qui termine cette première partie. La prochaine traitera de la période couvrant les années 1961 - 1970. A bientôt.

Merci de votre visite.
73
Richard


3 commentaires:

  1. de 1961 à1970 je crois me rappeler que Marc (F5MM, Paix à son Âme) assemblait des kits et il faisait la mise au point. Il habitait à Sarcelle et il avait un atelier dans son jardin et nous y avons bu de bons coups. Sacré Marc dort en paix le prochain whisky, je penserai bien à toi.
    Frédéric F5 ZT

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce tres bon article sur ce materiel de reve. 73

    FØDUW frank

    http://hamspheref0duw.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce tres bon article sur ce materiel de reve. 73

    FØDUW frank

    http://hamspheref0duw.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.